Originaire de l’Outaouais/Anishinabewaki, Janick Burn habite Montréal/Tio'tia:ké depuis plusieurs années. Elle a terminé, en 2019, une maîtrise en arts visuels et médiatiques et se consacre à la mise en place de différents projets artistiques (création, commissariat, organisation), le plus souvent de nature collaborative.

Par une approche réflexive, elle se soucie en particulier du corps et du cadre de la performance et de l'image – pratiques autour desquelles sa démarche s’articule et se déploie.

Born in Outaouais/Anishinabewaki, Janick Burn has been living in Montreal/Tio’tia:ké for several years. She completed a master’s degree in visual and media arts in 2019 and she is setting up a number of art projects (creation, curating, organization), mostly collaborative.

In her work, she takes a reflective approach that is concerned mainly with the body and the frame of performance and image, practices that inform her work and how it is deployed.

janick.burn [a] gmail.com

Mon travail lie étroitement la pratique de l’art performance à celles de l’image et de l’écriture afin de réfléchir la relation entre le corps et le cadre. Avec mes œuvres, je mets en tension les champs du visible et du non visible en explorant la dimension négative de la représentation. Inspirée par mon vécu en tant qu’artiste, femme et citoyenne ainsi que par la littérature féministe, la phénoménologie et les théories critiques de l’histoire de l’art et du cinéma, je tente de résister, de faire voir autrement, de faire valoir l’expérience et la subjectivité du corps. En adoptant une approche réflexive, j’interroge également les frontières entre l’œuvre et le document.

Parce qu’elle est conceptuelle, mais aussi par souci écologique, ma pratique artistique est peu matérielle : je pense soigneusement les gestes, les objets, les procédés et les mots avant de leur donner corps. Il en résulte des œuvres sobres et contemplatives qui requièrent une attention envers ce qui ne se situe pas nécessairement sous le régime du regard. 

 

Seule et en collaboration, je travaille lentement sur des projets qui s’élaborent le plus souvent en dialogue avec le contexte qui les accueille – l’espace d’atelier, de diffusion, de résidence et, plus récemment, du livre. 

 

Dans le mouvement d’échange qui m'anime, j'organise aussi des événements de performances et des expositions collectives et je participe, à titre d’interprète ou de collaboratrice, aux œuvres d’autres artistes, ce qui nourrit grandement mon travail.