solaires

Texte de présentation de l'œuvre par la commissaire

Regarder vers la montagne. Pour en voir la cime. Reprendre la courbe et tracer un autre horizon. Pour observer le trajet du jour. Cadrer. Sans nier la continuité de l’espace, à côté, derrière, en haut, en bas. Partout. Le paysage est autour d’elle(s), le paysage est en elle(s). On entend le déploiement du corps dans l’espace, le souffle, les gestes, l’effort; le corps est présent. La lentille dialogue avec la lumière, la lentille dialogue avec le corps, la lumière et le corps se confondent. Il semble absent. Elle scintille et témoigne de sa présence. Elle est absente. On ne voit que son reflet. On le perd parfois. Puis, il réapparait. Éclats. À cette distance, les gestes semblent infimes, mais le mouvement est visible; l’espace est habité. Un corps. L’image ne le laisse pas voir, c’est à la lumière qu’elle s’accroche. Être consciente de la fragilité, la sienne, celle de la nature. Une présence. Autre et passagère, ici elle défile. L’espace est une performance collective. Le corps n’est pourtant pas image, ni même sujet. Le corps habite l’espace. Il est présence dans son absence. Mouvement.

Il fait paysage.

solaires

Présentée dans le cadre de l'exposition virtuelle
Cadrer la nature

Du 1er octobre 2020 au 8 avril 2021

Centre d'exposition de l'Université de Montréal

Commissaire : Catherine Barnabé

Communiqué
 

Quatre artistes sont allées à la rencontre d’œuvres de femmes faisant partie de la Collection d’œuvres d’art de l’Université de Montréal. Des représentations du paysage sélectionnées dans la collection ont inspiré un travail in situ réalisé durant l’été sur la montagne à proximité de l’Université.

 

Les œuvres de Maude Connolly, Jennifer Dickson, Jeanne Rhéaume et Andrée S. De Groot – artistes méconnues mais importantes pour l’histoire de l’art québécois – sont des représentations plutôt classiques de paysages. Travaillant pour l’occasion le geste performatif, la vidéo, la photographie et le son, Janick Burn, Hannah Claus, Ariane Plante et Ingrid Tremblay possèdent cette sensibilité aux environnements qui les entourent : ici, elles cadrent une nature bien définie, elles activent l’espace par leurs présences engagées, elles entrent en dialogues paysagés.

 

Une partie de la montagne a été délimitée pour la réalisation des œuvres, c’est autour du belvédère Outremont que les artistes devaient intervenir. Le choix d’un environnement spécifique procède d’une approche géographique de l’espace qui, ici, en explore le potentiel narratif, permettant ainsi de dévoiler les multiples couches qui le composent, de souligner les récits pluriels qui le construisent.

Catherine Barnabé

© tous droits réservés

solaires

solaires (arrêt sur image), 2020.